Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de l'Etoile Rayonnante
  • Le blog de l'Etoile Rayonnante
  • : Le blog permet de suivre l'actualité culturelle de L'Etoile Rayonnante et de ses amis : photographie, chanson, magie, littérature, théâtre, environnement,...
  • Contact

Recherche

11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 12:46


1-PICT0566.JPGAprès avoir rencontré Jean-Jacques Maredi afin qu'il nous parle de l'exposition "Corps et Âmes" au Château de Bois Luzy, je l'ai questionné de nouveau afin qu'il nous parle de lui, de la culture, de sa passion de la littérature et de la peinture .

C'est dans un climat de confiance que Jean-Jacques a pu se livrer. Je vous laisse donc découvrir un homme délicieux et profondément humain.

Anne-Claude THEVAND : Jean-Jacques, tu enseignes les lettres classiques au lycée Antonin Artaud de Marseille, tu es président du Club Unesco du lycée Artaud, tu donnes des cours de communication et d'expression à l'IUT Chimie de Saint Jérôme, tu encadres des ateliers d'écriture "Lis Tes Ratures" à Plan de Cuques, tu es délégué aux projets culturels du Château de Bois Luzy. Peux-tu nous en dire un peu plus et où puises-tu ton énergie pour allier avec brio éducation et culture?

Jean-Jacques MAREDI : En m'appuyant sur les programmes, ma modeste amibition est d'intéresser les élèves à la culture à travers différents supports (théâtre, poésie, nouvelles, romans, photographies, cinéma,...). Mes élèves contribuent à l'écriture d'un recueil que l'on peut se procurer en fin d'année scolaire au CDI du lycée. C'est du concret, les élèves sont motivés pour écrire en classe. Je me considère comme un enseignant engagé. Engagé au service de mes élèves.

 J'avais créé un Club "Lis Tes Ratures" au sein du lycée Artaud mais les changements d'emploi du temps ont fait que le temps libre entre midi et deux s'est fait plus rare, le club a donc cessé d'exister.

J'ai conçu les Ateliers "Lis Tes Ratures" à Plan de Cuques en 2007 après avoir passé un Diplôme Universitaire (DU) "Formation à l'Animation d'Ateliers d'Ecriture" au sein de l'Université d'Aix-Marseille. Nous accueillons un public adulte mais les enfants et adolescents sont les bienvenus. Il faut savoir qu'écrire n'est pas un acte solitaire, écrire ne signifie pas rester enfermé dans sa tour d'ivoire, écrire signifie échanger, discuter, s'ouvrir sur le monde, d'où l'importance de ces ateliers. Tous les ans depuis l'année 2007/2008, nous publions un recueil reprenant les textes des différents participants aux ateliers. Depuis 2008 Dany Schinzel, rencontrée lors de mon DU, me remplace une séance sur deux pour l'animation bénévole des ateliers.

Le but unique du Club Unesco du lycée Artaud est d'aider le village de Djoro-Djoro en Côte d'Ivoire. Je ne fais que continuer les actions existant depuis de nombreuses années pour aider ce village. Le club du lycée Artaud compte une dizaine de collègues encore actifs ou à la retraite ; je veux continuer avec eux à aider Djoro-Djoro mais aussi à pousser nos élèves à relativiser leurs petites contrariétés vécues comme de vraies drames (le portable ou l'habit de marque qui n'est plus à la mode et critiqué par les camarades de classe par exemple) et à acquérir une conscience citoyenne ; pour cela je crée aussi des contacts et noue des relations privilégiées avec d'autres associations sur Marseille comme les Petits Frères des Pauvres, les Restos du Cœur et ATD Quart Monde en les invitant parfois au lycée et en tentant de les soutenir dans des projets qui deviennent communs.

L'énergie pour mener de front plusieurs activités est en moi depuis toujours. Je veux employer cette énergie de façon civique, constructive et en accord avec ce qui me fait vibrer. J'ai besoin de me sentir utile et je ne peux pas rester les bras croisés à ne rien faire. Deux phrases me vont très bien et j'en ai fait mes adages : " je dors très peu mais rêve beaucoup ! " et " je suis en vacances, ça veut dire que je peux travailler juste pour le plaisir ! ".

ACT : Jean-Jacques, tu crées du lien entre différents acteurs culturels, tu mets en avant des artistes, tu participes à ton niveau au rayonnement de la culture, mais jamais tu ne t'es mis en avant pour parler de toi en tant qu'artiste. Il est temps aujourd'hui que tu nous dévoiles ta peinture et tes textes.

L-Audace-Ecarlate.jpg

JJM : J'écris, je dessine et je peins depuis mon plus jeune âge. J'ai été élevé dans une famille où les femmes (ma mère, ma grand-mère, ma tante et marraine) avaient une place importante, elles m'ont transmis une certaine sensibilité qui se retrouve dans mes pratiques artistiques. Je n'en oublie pas pour autant les hommes de ma famille comme mon oncle ou mon père à qui je dois beaucoup.

J'ai été publié pour la première fois en 1980 à l'âge de 15 ans avec un recueil de mes poèmes intitulé "Adieu à l'enfance". Je dois cette publication à ma grand-mère et à ma tante qui m'en ont fait la surprise.

J'ai reçu en 1983 à 18 ans le premier prix des poètes provençaux "Semences d'Aujourd'hui" de la part de la Société des Poètes et Artistes de France (SPAF) pour mon poème intitulé "Tabliers bleus". La présidente de la SPAF, Anne-Marie Mitchell, a elle-même choisi, d'après mes cahiers d'écolier, des textes afin d'en faire un recueil que j'ai découvert le jour de la remise des prix.

Mes deux premiers recueils publiés m'ont donc totalement échappé ! 

Je participe régulièrement à des concours et reçois des prix. J'ai été couronné en 2010 lors des rencontres du Cercle poétique de la Sainte Victoire, j'ai reçu un troisième prix de théâtre et un deuxième prix de poésie libre par l'Association "Arts et Lettres" en 2014. 

Certains de mes textes sont publiés dans le recueil annuel des ateliers "Lis Tes Ratures". Je suis publié dans des revues littéraires et artistiques comme "Filigranes" ou "Borborygmes". J'ai écrit des pièces de théâtre que j'aimerais bien voir jouer un jour...

Certains enseignants font apprendre à leurs élèves mes poèmes, c'est un honneur pour moi.

J'ai vécu à Tahiti où j'ai peint de nombreux paysages et quand la Provence me manquait, je la peignais. La Femme a également inspiré mes toiles comme le montre le tableau de l'Audace Ecarlate.


Pour illustrer ce tableau, Jean-Jacques nous offre le poème intitulé "L'Audace écarlate".


 L’AUDACE  ECARLATE

 

          Comme un casque liquide aux reflets de réglisse

           Et d’acajou trempés dans des feux d’artifice

           Qui coule de ton front et masque ton regard

           Puis s’enroule à ton cou tel un reptile hagard,

 


            Que ta lisse crinière, ô Vierge impératrice,

            Soit la lave de sang bouillant dans le calice

            Du volcanique amour qui ferait fondre l’or

            Et célébrer ton sacre en t’offrant son trésor,

 

                      

           Douloureuse beauté comme une cicatrice

            Au point que le Démon pleure et que rougisse

           L’Ange, héritier guerrier scandaleux de candeur,

           Aveugles asservis tous deux à ta splendeur.

 

 

Dans le dernier numéro de la revue Filigranes, Jean-Jacques a publié un poème intitulé "Sans mot dire" :


 SANS MOT DIRE

 

Les mots se sont posés

Sur les feuillets du temps

Les mots ouvrent leurs ailes

Nichent dans ma mémoire

Chantent muettement

Nos deux cœurs séparables

Les mots mentent toujours

Même contre leur gré

Même contre leur force

Et le plaisir d’aimer

Les mots sonnent plus durs

Quand je suis loin de toi

Les mots coulent plus purs

Là où jaillit ta voix

Et je vis en exil

Partout où tu n’es pas

De mots plus indigestes

Quand l’amour reste à jeun

Comme une gorge sèche

Où brûle la pépie

Comme un blanc suspendu

Impossible à casser

Comme un puisard sans fond

Dans la bouche du vent

Les mots doux les mots crus

Les mots si volatils

Courageusement vains

Éclipses volubiles

Les mots peinent à bruire

Pour mieux te dessiner

Les mots peu comestibles

Perdent toute couleur

Tiédissent insipides

Restent sur l’estomac

Comme une eau non potable

Qui tombe en plein désert

Dans des vasques de sable

Et râpe le gosier

De son parfum amer

Les mots changent de sens

Les mots se clouent le bec

Se volent dans les plumes

Autour de ton absence

Tel un toit de maison

Où tu n’habites pas

Où ils voudraient dormir

Au chaud de tes silences

Tous ces mots qui me manquent

Autant que tu me manques

Ne veulent plus rien dire

Et vierge le papier

Ne parle que de toi.

 

Crédit photos : Jean-Jacques Maredi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Etoile Rayonnante - dans Littérature
commenter cet article

commentaires

Yao Jean 27/04/2016 11:51

salut,je remercie JEAN-JACQUES pour son apport a notre village de DJORO-DJORO et surtout ceux qui l'ont aider ,nous avons toujours besoins de vous,et nous aimerions que vous venez visiter notre super village,,merci que Dieu vous bénisse///